Journée internationale des droits des femmes

Isabella
Isabella

Petit Ventre Heureux Founder

En 2023, il faudrait 131 ans pour combler les inégalités entre les genres, selon le Global Gender Gap Index du Forum économique mondial et le merveilleux quotidien Voxe . Au rythme actuel, il faudrait donc 131 ans pour atteindre l’égalité.

La France a reculé, passant de la 10e à la 20e place en Europe et de la 15e à la 40e place au niveau mondial par rapport à 2022. Ce recul est principalement attribuable à une baisse de la participation économique des femmes et à une moindre représentation politique. Alors, doit-on en déduire que les femmes sont toujours dans la cuisine ?

En cette Journée internationale des droits des femmes, il est essentiel de reconnaître que la cuisine peut être bien plus qu’une simple tâche domestique imposée. Pour de nombreuses femmes, cuisiner représente une occasion de trouver du plaisir, de l’autonomie et du bien-être dans leur quotidien.

Chez PVH, nous soutenons fermement le droit des femmes de choisir librement leurs activités, y compris la cuisine. Nous croyons en cette liberté de choix non pas en réaction à une contrainte sociale, mais parce que nous valorisons les bienfaits que la cuisine peut apporter aux femmes sur tous les plans de leur vie.

La philosophie taoïste offre un éclairage précieux sur cette question. Selon le taoïsme, chaque individu a le pouvoir de créer son propre chemin vers l’harmonie et l’épanouissement. Dans cette optique, la cuisine taoïste se présente comme une pratique qui va bien au-delà de la simple préparation de repas. Elle invite les femmes à cultiver leur intuition, leur créativité et leur sens du bien-être en utilisant des ingrédients simples, en accord avec les saisons et les principes d’équilibre. Elle invite les hommes aussi, mais bon aujourd’hui, on se concentre sur le Yin !

Pratiquer la cuisine taoïste permet aux femmes de se reconnecter avec leur corps, leur esprit et la nature qui les entoure. Cela leur offre un espace pour s’exprimer, prendre soin d’elles-mêmes et de leurs proches. Bien entendu, cela ne signifie pas que toutes les femmes doivent cuisiner ou que la cuisine doit être leur seule occupation. Chaque femme devrait avoir la liberté de choisir comment elle souhaite nourrir son corps et son esprit, que ce soit en cuisinant avec passion et dévouement, en déléguant cette tâche ou en explorant d’autres formes de créativité.

En définitive, ce que nous soutenons chez PVH, c’est le droit des femmes à choisir leur propre chemin vers le bien-être et l’autonomie. En célébrant la diversité des choix et en valorisant les bienfaits de la cuisine, nous contribuons à créer un monde où les femmes peuvent s’épanouir pleinement dans tous les aspects de leur vie, pour cela, nous nous efforçons d’offrir le meilleur enseignement ! Belle journée des droits de la femme !

Vous aimerez aussi